Posséder un chat pourrait augmenter le risque de schizophrénie selon une étude

Date:

Les chercheurs du Park Center for Mental Health en Australie ont mené une étude qui ajoute des preuves que posséder des chats est un facteur de risque majeur pour la schizophrénie. Ils ont découvert que les enfants qui possèdent des chats sont plus susceptibles de développer une schizophrénie plus tard dans la vie.

L’étude, intitulée « Cat Ownership and Schizophrenia-Related Disorders and Psychotic-Like Experiences : A Systematic Review and Meta-Analysis« , a été publiée dans la revue Schizophrenia Bulletin. Les chercheurs ont découvert que les chances de développer des troubles liés à la schizophrénie étaient 2,35 fois plus élevées pour les individus exposés aux chats, même après ajustement pour d’autres facteurs.

L’âge d’exposition aux chats reste incertain

Alors que certaines études suggèrent que l’exposition aux chats pendant l’enfance peut augmenter le risque de développer ces troubles, l’âge exact ou le délai d’exposition n’a pas été clairement défini dans toutes les études. Une étude finlandaise a trouvé des scores plus élevés sur les échelles liées à l’aberration perceptuelle, aux traits schizoïdes et à l’anédonie sociale chez ceux exposés aux chats avant l’âge de sept ans. Cependant, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer la période spécifique d’exposition qui présente le plus grand risque.

Le rôle de la toxoplasmose et les risques pour la santé

Il est important de noter que simplement être autour de personnalités félines n’est pas uniquement responsable de l’augmentation du risque; l’infection à la toxoplasmose joue également un rôle. La toxoplasmose est causée par un parasite appelé Toxoplasma gondii, qui peut être trouvé dans les excréments de chat. Cette infection peut conduire à la cécité, la perte de vision, la déficience mentale, les crises et d’autres problèmes de santé. Les patients atteints du SIDA ou subissant une greffe d’organe ou une chimiothérapie intense prennent souvent des médicaments quotidiens pour contrer ses effets.

  • Des cas de schizophrénie ont été inversés avec des médicaments antiprotozoaires, suggérant que l’infection à T.gondii pourrait être à l’origine de certains symptômes.
  • Une autre étude publiée dans la revue Schizophrenia Bulletin a révélé que les patients atteints de schizophrénie étaient près de trois fois plus susceptibles d’avoir des anticorps toxoplasma dans leur sang par rapport à ceux sans schizophrénie, indiquant une prévalence plus élevée des infections passées chez les patients schizophrènes.

Autres facteurs : l’hérédité et les gènes

De manière intéressante, l’étude a également souligné une discrépance entre le risque associé à avoir un parent au premier degré atteint de schizophrénie et le risque associé à des facteurs génétiques spécifiques. Alors qu’un antécédent familial de la maladie peut suggérer des gènes partagés, il pourrait également indiquer une exposition à des facteurs environnementaux tels que des agents infectieux ou des chats. L’étude conclut que des recherches supplémentaires sont nécessaires pour explorer ces liens et mieux comprendre la relation entre la possession de chat, l’infection par la toxoplasmose et les troubles liés à la schizophrénie.

Une méta-analyse sur l’impact des chats sur la santé mentale

Une étude récente menée par des chercheurs de l’Université du Queensland en Australie suggère que posséder un chat comme animal de compagnie peut augmenter la probabilité de développer des troubles liés à la schizophrénie. L’étude a examiné 17 études précédentes couvrant plus de 44 ans et impliquant des données provenant de 11 pays, dont les États-Unis et le Royaume-Uni.

L’analyse a révélé que les individus exposés aux chats avaient environ deux fois plus de chances de développer la schizophrénie. Cela soulève des questions sur les implications psychologiques de la possession de chats et ajoute une nouvelle dimension à la compréhension des risques pour la santé mentale associés aux animaux de compagnie. Cependant, il est important de noter que les résultats concernant l’état spécifique des expériences similaires-psychose sont non concluants

Quels conseils pour les propriétaires de chats ?

Les chercheurs concluent que des études supplémentaires de haute qualité sont nécessaires pour mieux comprendre le rôle potentiel de la possession de chat en tant que facteur de risque pour les troubles mentaux.

En attendant de nouvelles découvertes, les propriétaires de chat devraient prendre soin d’éviter l’exposition directe aux excréments de chat et conserver des pratiques d’hygiène rigoureuses pour réduire les risques liés à la toxoplasmose et ses conséquences sur la santé mentale.

Julien Lemaire
Julien Lemairehttps://espaceline.com
Je suis Julien Lemaire, la voix derrière Espaceline, un espace où curiosité et diversité se rencontrent. En tant que blogueur passionné et polyvalent, j'aborde une multitude de sujets, allant de l'actualité culturelle aux tendances technologiques, en passant par des sujets de société et des conseils pratiques. Mon but avec Espaceline est de créer un lieu d'échange et de découverte, offrant à mes lecteurs une fenêtre sur le monde dans toute sa richesse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

A lire aussi

Black Friday : Méfiez-vous des techniques trompeuses et manipulatrices

Une récente étude de la Commission européenne a identifié des motifs sombres sur 97% des 75 sites Web...

Surmonter la dépression saisonnière : conseils et astuces pour retrouver son énergie

La dépression saisonnière, également connue sous le nom de trouble affectif saisonnier, se manifeste souvent à l'automne. Lorsqu'il...

Draconides 2023 : la pluie d’étoiles filantes à ne pas manquer ce week end

Le phénomène des Draconides, cette célèbre pluie d'étoiles filantes, sera à son apogée durant la nuit du 8...

SciMatch : L’appli pour trouver l’amour avec un simple selfie et l’IA

De nos jours, les applications de rencontre semblent être de plus en plus nombreuses et leur succès ne...